Le Festival 2023

Voici la programmation de ce festival 2023

Le mot du Metteur en scène de La Belle Hélène, Jean-François Vinciguerra

« Retrouver la scène du Théâtre du Casino Grand Cercle, grâce à l’invitation de la directrice artistique du Festival Lyrique d’Aix-les-Bains, Estelle Danvers, où j’ai fait mes premiers pas dans le rôle de Don Andres, Vice-Roi du Pérou dans La Périchole, est un bouquet de beaux souvenirs en compagnie de Pierre Sybil de La Vie Parisienne aux Cloches de Corneville, de Ba-Ta-Clan à Monsieur Choufleuri, ou encore Barbe-Bleue !

Retrouver La Belle Hélène, un des ouvrages de Jacques Offenbach que j’ai eu le bonheur de chanter de nombreuses fois (Opéra de Nancy, Opéra de Metz, Opéra de Tours, Opéra de Bordeaux…) et de mettre en scène à plusieurs reprises dont la dernière fut au Festival de Lacoste créé par Pierre Cardin sous la direction artistique d’Eve Ruggieri, est un grand bonheur !

Au-delà de la parodie du poème épique d’Homère, aux nombreux clins d’œil des us et coutumes de Napoléon III et de sa cour, à cette galerie de caricatures venus de l’Antiquité d’une modernité troublante, cet opéra-bouffe est avant tout une partition d’une grande richesse, à la folie spirituelle, aux mélodies pétillantes, sensuelles et irrésistibles. J’ai souhaité, en accord avec notre chef d’orchestre Bruno Conti, travaillé sur la partition critique établie par Jean-Christophe Keck dont je salue le travail remarquable qu’il a entreprit depuis de nombreuses années sur Offenbach.

Lors de la création de cette mise en scène, curieusement, ma première pensée s’est tournée vers Les Perses d’Eschyle, production de la télévision réalisée par Jean Prat avec la musique originale de Jean Prodromidès et interprétée, entre autres, par Charles Denner et François Chaumette, qui m’avaient tant impressionné enfant… alors si toute cette histoire débutait comme une tragédie qui tournerait au burlesque le plus débridé, si cette famille des Atrides n’avait qu’un seul désir sauver leurs têtes pour qu’on parle d’eux « encore dans quatre mille ans »… »